Le coronavirus fête ses 1 an, et nous, que fêtons-nous ?

Le premier mars prochain, le coronavirus fêtera ses 1 an de présence, ou plus exactement le premier jour des statistiques mortuaires. On devrait arriver à fin février 2021, après 1 an de comptage, à 86 000 morts dus au Covid en France et près de 2,5 millions à travers le monde. La pandémie continue. Pour la France, les statistiques sont les suivantes :

2015201620172018201920202020/2019à comparer à 
Nombre de morts par année 593 680   593 865   606 274   609 648   613 400   668 500   +55 100  * 64632 décès coronavirus à fin décembre 2020
Moyenne par mois 49 473   49 489   50 523   50 804   51 117   55 708  
sources : https://www.insee.fr/fr/statistiques/serie/001641603 et * #morts covid France

55 100 est le nombre de décès supérieurs en 2020 par rapport à 2019, et 64 632 est le nombre de décès dus au coronavirus en 2020, en tout cas annoncés comme tels sur la page wikipedia qui actualise ses données tous les jours.

Depuis un an, la vie s’est arrêtée. Le gouvernement a mis le pays entier sous tutelle et sous perfusion financière. Tous les pays agissent de la même façon mais est-ce une raison suffisante pour continuer ainsi ? Le gouvernement a promulgué une loi le 15 février prolongeant jusqu’au 1er juin 2021 l’état d’urgence sanitaire en cours (au lieu du 16 février initialement). « L’objectif de cette loi est de contenir une reprise de l’épidémie de Covid‑19, à la suite de la découverte de nouveaux variants du coronavirus ». C’est le 6e texte soumis au Parlement sur le sujet depuis mars 2020. La course à la vaccination va-t-elle enrayer cette pandémie et nous permettre de retrouver une liberté naturelle, d’aller et venir, de se rencontrer, de se cultiver, de profiter de la vie tout simplement ? Au regard des chiffres ci-dessus, y a-t-il une véritable urgence sanitaire ?

Les réserves de la fin de l’année dernière face aux différents vaccins, à leurs avantages, leurs inconvénients, leur efficacité réelle ou supposée ont vite été balayées tant l’envie de recevoir ce viatique vaccinal a été vif. Les mairies ont été largement mises à contribution pour permettre cette vaccination malgré les aléas de commande et de livraison des stocks commandés par l’Etat. C’est l’occasion de rappeler l’importance de ce maillage de proximité et le sens du service développé par les élus ! La satisfaction de ceux qui ont été vaccinés en dit long sur leur inquiétude. Mais vont-ils pour autant ne plus avoir peur et retrouver la liberté ?

Combien de temps encore allons-nous subir cette mise sous tutelle de la vie ?

Triste anniversaire que cet anniversaire de la faillite de la liberté et de la vie sociale et de ce qui est notre humanité.

« On a peur, on s’imagine avoir peur. La peur est une fantasmagorie du démon », dit Bernanos dans le dialogue des carmélites.

articles précédents :

mars 2020, Le monde mené par un virus couronné

avril 2020, Un fléau vu par Victor Hugo

mai 2020, La santé à tout prix – la santé a tout pris

septembre 2020, Vigivirus et les moutons masqués

octobre 2020, De deux guerres, laquelle en est une ?

décembre 2020, Une lueur dans la nuit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s