Réflexions sur 3 communiqués de presse

Je vous laisse lire les communiqués de presse ou déclarations faites dernièrement par le Président.

15 février 2015  /http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/assassinat-des-otages-egyptiens-en-libye/

Le Président de la République condamne avec la plus grande fermeté l’assassinat sauvage de 21 ressortissants égyptiens, otages de Daech en Libye.

Il dénonce l’appel au meurtre et à la haine religieuse des terroristes. Il exprime sa préoccupation face à l’extension des opérations de Daech en Libye et rappelle la détermination de la France et de ses alliés à lutter contre ce groupe.

Le Président de la République présente ses sincères condoléances au peuple égyptien et s’associe au deuil national que le président Sissi a décrété en République Arabe d’Egypte.

16 février 2015 http://www.elysee.fr/declarations/article/declaration-lors-du-deplacement-a-l-epide-de-montry/

LE PRESIDENT : Il s’est produit hier, un évènement particulièrement grave avec la profanation d’un cimetière juif. C’est la troisième fois que ce cimetière est ainsi agressé. Mais cette fois ci, cela a pris une dimension encore plus exceptionnelle, qui appelle la réaction la plus forte ; d’abord des pouvoirs publics, pour rechercher les auteurs de telles vilenies, de telles abjections, mais aussi de toute la communauté nationale, parce qu’il ne peut pas être toléré des actes antisémites dans notre pays.

Nous savons qu’il y a eu, au cours de ces dernières années, davantage de paroles, davantage d’actes qui ont pu être qualifiés d’antisémites. Il y a eu aussi des actes antimusulmans, des actes antireligieux, ils sont tout autant inacceptables. Rien ne sera toléré. Rien ne sera laissé sans réaction. C’est la volonté qui est celle de l’Etat, et cela doit être, aussi, un sursaut de la communauté nationale.

JOURNALISTE : Il faut rassurer aujourd’hui la communauté juive qui est très inquiète.

LE PRESIDENT : Il faut dire tout simplement, à la communauté juive présente depuis des siècles dans notre pays, et qui a déjà connu les horreurs que vous savez au cours de la seconde guerre mondiale, que la France a, pour les juifs qui vivent ici, la considération la plus forte ; comme d’ailleurs à l’égard de tous les citoyens français, et des ressortissants français. Nous sommes donc conscients qu’il y a des doutes, qu’il y a des interrogations qui traversent cette communauté, après tout ce qui vient de se produire.

Nous devons dire qu’ici, la République aime tous ses enfants, elle ne laissera personne diviser et mettre le doute dans ce que peut être la République. Je serai extrêmement ferme là-dessus. Je ne laisserai pas non plus, des paroles prononcées en Israël qui laisseraient penser que les juifs n’auraient plus leur place en Europe et en France en particulier. Mais à nous d’assurer, à tous les juifs de France, mais plus largement à tous les citoyens de France, la sécurité, le respect, la reconnaissance et la dignité ; parce que c’est ce que la République a comme premier devoir.

Je ne laisserai pas non plus s’opposer les uns et les autres à travers le fondamentalisme ou l’intolérance. Il n’en est pas question.

JOURNALISTE : Est-ce que vous vous rendrez sur le cimetière juif en Alsace, à Sarre-Union ?

LE PRESIDENT : Il y a demain une cérémonie, si les conditions sont réunies, c’est-à-dire s’il y a eu d’abord un travail d’enquête, je serai demain dans le Bas-Rhin pour cette cérémonie. Merci beaucoup.

18 février 2015 http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/profanations-des-cimetieres-de-tracy-sur-mer-et-saint-beat/

Le président de la République condamne fermement les profanations des cimetières de Tracy-sur-Mer dans le Calvados et de Saint-Béat en Haute-Garonne où plusieurs crucifix et stèles ont été vandalisés.

Ces actes indignes portent atteinte aux valeurs de notre République. Tout sera mis en œuvre pour que leurs auteurs soient rapidement identifiés et punis.


Mes réflexions sont douloureuses :

15 février : Il n’est pas question des chrétiens. Les otages sont dénommés simplement des « ressortissants égyptiens ». Or s’ils ont été tués, c’est à cause de leur foi, ce sont des martyrs. Comme l’a rappelé Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient : « Quand on porte atteinte à des juifs danois ou français, il est bien sûr important de rappeler qu’ils sont danois ou français, mais il faut aussi souligner qu’ils ont été tués parce que juifs. En Libye, il est très clair que c’est contre des chrétiens que Daech a voulu agir, que leur foi était visée ».

16 février : Il n’est pas non plus question des chrétiens : Nous savons qu’il y a eu, au cours de ces dernières années, davantage de paroles, davantage d’actes qui ont pu être qualifiés d’antisémites. Il y a eu aussi des actes antimusulmans, des actes antireligieux, ils sont tout autant inacceptables. Chacun devrait savoir, si l’information était bien faite, que les actes de dégradations dans les cimetières et les églises chrétiennes ne cessent d’augmenter. On est passé de 275 actes en 2008 à 543 en 2012 pour les édifices et cimetières chrétiens, de 15 à 40 pour les édifices et cimetières juifs, et 14 à 84 pour les édifices et cimetière musulmans. Sans parler des profanations en novembre dernier de 4 églises dans le diocèse d’Ars, qui n’avaient mérité qu’une lettre de Monsieur Cazeneuve.

18 février : Il n’est pas plus mentionné que les cimetières sont des cimetières chrétiens. C’est peut-être évident pour vous, mais dans ce cas, pourquoi ne pas le dire? Oublions-nous à ce point là d’où nous venons, à moins que la volonté politique soit de nous le faire oublier ? Les Français de 2015 ne sont pas tombés du ciel, mais sont bien issus d’une longue lignée d’ancêtres qui puisent leurs racines dans un terreau appelé « autrefois » dans les livres d’histoire « nos ancêtres les gaulois ». Si la formule prêtait à sourire, elle avait le mérite d’asseoir solidement et simplement les fondations de ce qu’est devenue la France.

Je reviendrai sur ces questions des racines de la France, car elles sont incontournables dans le débat sur la laïcité que le gouvernement promeut en nouveau dogme, en oubliant que la laïcité est là pour veiller au respect de la liberté de conscience de chacun en matière de foi. (voir l’article du 12 décembre 2014 « De la laïcité » et celui du 13 novembre 2014 « Une pépite à partager« )