Chrétiens d’Orient / Syrie / Europe / déchéance de nationalité

Nous savons à quel point la situation des Chrétiens en Orient est difficile depuis plusieurs années. Nous en avons beaucoup entendu parler. En septembre 2015, nous avons même voulu accueillir des familles de Syriens, ici à Boulogne-Billancourt. Sans succès. En effet, nous n’avons vu arriver majoritairement que des jeunes hommes seuls, migrants économiques ou sans papiers et non des réfugiés.

La situation en Syrie est très complexe. Ce territoire, on pourrait même dire cette vieille terre amie de la France, sert aujourd’hui de terrain d’entraînement à la guerre pour des personnes qui, au nom de leur dieu, commettent des meurtres. Ces personnes n’ont pas les mêmes cultures de vie que nous, ni les mêmes raisons de vivre, ni même la même conception de la vie. Il nous faut pourtant progresser dans leur connaissance car en période de guerre, il faut comprendre comment fonctionne son ennemi.

Car nous sommes en guerre . Que les médias et les politiques ne le disent pas, n’empêche pas la réalité. L’islamisme radical est en guerre contre l’Occident. La volonté de l’islamisme radical est de mettre à terre notre civilisation pour nous imposer la sienne. Chacun peut constater comment sont vécues les valeurs de liberté – égalité – fraternité par ces conquérants. D’ailleurs, si des jeunes hommes reviennent du djihad, on ne dit pas la même chose des jeunes filles qui sont partie pour une cause qu’elles croyaient généreuse et qui les rend esclaves sexuelles.

Je vous propose un témoignage en 15’58, du voyage de Monseigneur Rey en Syrie après les fêtes pascales.

Et puis un soir, au lieu de l’épisode d’une série !, osez regarder un reportage de 1h25′, réalisé par France 2 en février dernier. « Un œil sur la planète Syrie, le grand aveuglement ».

On comprend les imbrications des réseaux les uns dans les autres, les réponses ou les absences de réponse de l’Occident, la complexité indéniable des relations internationales avec leur corollaire de rapports de force mouvants et changeants, tout comme les erreurs de la France. Nous n’avons pas été à la hauteur. Une nouvelle étape désastreuse a été franchie avec la signature d’un accord germano/turc aux dépens de l’Europe et pour un prix de 3 milliards d’euros. Philippe Juvin, député européen s’en est fait l’écho dans sa dernière lettre d’information.

Le simulacre de débat par les socialistes pendant 4 mois pour occuper l’opinion public dans la question de la déchéance de nationalité est une bouffonnerie que même la droite, à part François Fillon, n’a pas suffisamment dénoncée. C’est déjà écrit dans le code civil, article 23-7 : « Le Français qui se comporte en fait comme le national d’un pays étranger peut, s’il a la nationalité de ce pays, être déclaré, par décret après avis conforme du Conseil d’Etat, avoir perdu la qualité de Français. »

Appliquons ce texte, ce sera déjà un début d’action et un signal vis à vis de l’opinion.
Prenez le temps de vous documenter vraiment.