L’exercice SEQUANA 2016

Je me suis rendue hier matin à la présentation de l’exercice « SEQUANA 2016 » dont on parle beaucoup à la radio comme à la télévision.

La Seine est bien dans son lit pour l’instant, pas de souci !

« Sequana 2016 » imagine un scénario dans lequel la Seine est l’actrice principale avec une crue dépassant la crue centennale de 1910. Il s’agit d’un exercice de mise en situation pour estimer la capacité des uns et des autres à réagir. Les uns et les autres étant forts nombreux, en voici quelques uns : Préfecture, services de police, services de secours, EDF, GDF, les services de l’eau potable et d’évacuation des eaux usées, collecte et traitement des déchets, RATP métro et bus, service de téléphonie fixe et mobile, et j’en passe…

L’objectif est quadruple :

  • L’exercice a lieu sur toute la zone francilienne pendant 15 jours.
  • Pour coordonner 87 partenaires via des exercices « sur table » et sur le terrain.
  • Des partenaires européens dont les sapeurs pompiers européens et des équipes techniques de gestion de crise sont associés.
  • Les habitants sont invités à comprendre l’enjeu de cette préparation via des animations locales.

C’est en effet plusieurs crises qu’il faudrait surmonter :

  1. La crise « décisionnelle » pour que les autorités politiques déclenchent le plan. Il faut 48 heures pour le mettre en œuvre, et si la catastrophe n’intervient pas, il faut avoir le courage d’assumer « l’erreur », laquelle « erreur » de diagnostic dans l’autre sens serait impardonnable par le public et pour les conséquences catastrophiques que cela aurait.
  2. La crise en direct, pendant toute la durée de l’inondation avec la paralysie du quotidien, et la gestion des urgences économiques et sociales, de l’approvisionnement, des absences de tout un tas de service, jusqu’à la fermeture provisoire de quantités d’activités économiques.
  3. La crise « post-crise », avec la remise en état de toutes les installations et la reprise progressive des activités, dont on est incapable d’estimer la durée qui dépendra de la gravité de la crue.

Laissons donc les services et les spécialistes travailler sur ce sujet. La restitution sera très intéressante, d’autant qu’il faudra ajouter à cette première étape, les villes et départements concernés en amont et en aval de Paris.

Sans faire de catastrophisme, allez voir sur le site www.iau-idf.fr.

« Gouverner, c’est prévoir ; et ne rien prévoir, c’est courir à sa perte. » Émile de Girardin ; La politique universelle (1852)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s