L’Europe, une semaine après

Quelques jours après les élections européennes, essayons d’en lire les conséquences et d’en voir les perspectives.

1/    Au niveau de Boulogne-Billancourt, sur les 69 796 électeurs, 33 958 ont votés, soit 48,65%. Ont obtenu :

  • Union pour un mouvement populaire Alain LAMASSOURE, 32.79 %
    POUR LA FRANCE, AGIR EN EUROPE AVEC ALAIN LAMASSOURE
  • Union du centre Marielle DE SARNEZ, 16.31 %
    UDI MODEM LES EUROPEENS. LISTE SOUTENUE PAR FRANÇOIS BAYROU ET JEAN-LOUIS BORLOO
  • Union de la gauche Pervenche BERÈS, 10.71 %
    CHOISIR NOTRE EUROPE
  • Front national Aymeric CHAUPRADE, 9.83 %
    LISTE BLEU MARINE – NON A BRUXELLES, OUI A LA FRANCE
  • Europe-Ecologie-Les verts Pascal DURAND, 7.05 %
    LISTE EUROPE ECOLOGIE
  • Divers droite Isabelle BORDRY, 5.03 %
    NOUS CITOYENS
  • Divers droite Dominique JAMET, 3,3%
    DEBOUT LA FRANCE ! NI SYSTÈME, NI EXTRÊMES, AVEC NICOLAS DUPONT-AIGNAN
  • Front de gauche Patrick LE HYARIC, 2,58%
    STOP A L’EUROPE DE LA FINANCE-L’HUMAIN D’ABORD ! FRONT DE GAUCHE
  • Divers gauche Pierre LARROUTUROU, 2,5%
    NOUVELLE DONNE
  • Divers Corinne LEPAGE, 2,34%
    EUROPE CITOYENNE
  • Divers droite Christine BOUTIN, 1,7%
    FORCE VIE
  • Divers Jean Marc GOVERNATORI, 1,18%
    ALLIANCE ECOLOGISTE INDEPENDANTE
  • Divers Stéphane GUYOT, 0,75%
    CITOYENS DU VOTE BLANC
  • Divers François ASSELINEAU, 0,69%
    UPR-IDF
  • Divers Véronique VERMOREL, 0,52%
    EUROPIRATES D’IDF
  • Divers Balié TOPLA, 0,43%
    EUROPE SOLIDAIRE
  • Extrême gauche Nathalie ARTHAUD, 0,34%
    LUTTE OUVRIERE FAIRE ENTENDRE LE CAMP DES TRAVAILLEURS
  • Divers Farid GHEHIOUECHE, 0,31%
    CANNABIS SANS FRONTIERES STOP LA PROHIBITION
  • Extrême gauche Olivier BESANCENOT, 0,27%
    POUR UNE EUROPE DES TRAVAILLEURES ET DES PEUPLES, ENVOYONS VALSER L’AUSTÉRITÉ ET LE GOUVERNEMENT !
  • Divers Francis MBELLA, 0, 25%
    ENSEMBLE POUR UNE EUROPE EQUITABLE
  • Divers Caroline DE HAAS, 0,2%
    FÉMINISTES POUR UNE EUROPE SOLIDAIRE
  • Divers droite Christophe PAILLARD, 0,17%
    POUR UNE FRANCE ROYALE AU COEUR DE L’EUROPE
  • Extrême gauche Jean GRIMAL, 0,16%
    COMMUNISTES
  • Divers Hélène FEO, 0,12%
    PARTI FÉDÉRALISTE EUROPÉEN
  • Divers Vincent LE SCORNET, 0,1%
    REGIONS ET PEUPLES SOLIDAIRES
  • Divers Magali LE PAPE, 0,09%
    POUR UNE EUROPE LIBRE
  • Divers Julien VOLGANLI, 0,07%
    EUROPE DECROISSANCE
  • Divers Laure PATAS D’ILLIERS, 0,07%
    ESPÉRANTO LANGUE COMMUNE ÉQUITABLE POUR L’EUROPE
  • Divers Louis DE GOUYON MATIGNON, 0,05%
    PARTI EUROPÉEN
  • Divers Antoine MAYEROWITZ, 0,05%
    DÉMOCRATIE RÉELLE
  • Divers Gaspard DELANOË, 0,05%
    L’EUROPE DE MARRAKECH À ISTANBUL

2/    Au niveau national, le taux de participation a été de 43,5% pour un taux de participation en Europe de 43,09%. Nous nous situons donc dans la moyenne.

Les sièges obtenus se répartissent ainsi :

Sièges pour la France par groupe politique européen
Groupes politiques Sièges en 2014 contre 2009
PPE (UMP) 20 contre 29
S&D (PS) 13 contre 14
ADLE (Modem) 7 contre 6
Verts/ALE (Europe Ecologie) 6 contre 14
ECR 0 contre 0
GUE/NGL (Front de gauche et AOM) 4 contre 5
EFD (MPF – CPNT) 0 contre 1
NI (FN) 24 contre 3
Autres 0

Les 24 sièges remportés par le front national vont rejoindre la liste des non inscrits. Mais pour former un groupe au parlement européen, il faut avoir 25 députés d’au moins 7 états membres. Il n’est donc pas certain que l’entente se fasse avec les autres tendances « populistes » similaires d’autres pays, principalement au Danemark, en Grèce et au Royaume Uni. (Source : www.resultats-elections2014.eu)

3/    Au niveau européen, les équilibres du parlement ne sont donc pas rompus même si les rapports de force sont différents. (Source : www.resultats-elections2014.eu)

Résultats des élections 2014 par groupe politique
PPE
Groupe du Parti Populaire Européen (Démocrates-Chrétiens)
214 députés

274 en 2009 = – 60
28.50 %

S&D
Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen
191 députés

[196 en 2009 = – 5]
25.43 %

ADLE
Alliance des démocrates et libéraux pour l’Europe
64 députés

[83 en 2009 = – 19]
8.52 %

Verts/ALE
Les Verts/Alliance libre européenne
52 députés

[57 en 2009 = – 5]
6.92 %

ECR
Conservateurs et Réformistes européens
46 députés

[57 en 2009 = – 11]
6.13 %

GUE/NGL
Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique
45 députés

[35 en 2009 = + 10]

5.99 %

NI
Non-Inscrits – Membres apparentés à aucun groupe politique
41 députés

[33 en 2009 = +8]
5.46 %

EFD
Groupe Europe libertés démocratie
38 députés

[31 en 2009 = + 7]
5.06 %

Autres
Nouveaux élus sans appartenance à un groupe politique du Parlement sortant
60 députés

[0 en 2009]
7.99 %

Tout groupe politique doit être constitué de 25 députés d’au moins 7 États membres (25% des Etats).

Avec un tel scrutin, l’Europe va probablement se recentrer sur ses priorités, ou tout au moins les redéfinir.

« Le moment est venu de se rassembler et de définir l’avenir de l’Union (…) Se montrer soudés en tant qu’Européens est indispensable pour que l’Europe façonne un ordre global au sein duquel nous pouvons défendre nos valeurs et nos intérêts (…) Il est très important que les forces politiques représentées au sein de la Commission aient ensemble de nouveau gagné. Elles sont en effet celles qui ont la plus importante représentation dans le nouveau parlement européen. Les résultats montrent qu’une majorité très solide et qui fonctionne est possible » a déclaré le président de la Commission européenne, José Manuel Durao Barroso.

Mais, comment comprendre le résultat de ces élections ? Méfiance profonde et sincère vis-à-vis de l’Europe, cri de protestation des populations aux yeux desquelles l’Europe ne remplit pas ses fonctions ou désaveu des hommes politiques français ? Les événements des quinze derniers jours conforteraient en partie la dernière explication, l’Europe devenant le bouc émissaire d’une insuffisance française à se remettre en question et à répondre aux attentes de ses concitoyens.

Puissent ces événements pousser les hommes politiques à assumer leurs positions, à formuler des propositions réalistes et constructives  ainsi qu’à améliorer le fonctionnement des institutions européennes, comme des institutions françaises! Et si cela pouvait mettre un terme à l’idée de l’entrée de la Turquie en Europe, ce serait, à mon avis, un point gagné.

Pour ceux qui en voudraient plus, voici le lien de la fondation Schuman : www.robert-schuman.eu/fr.

Une réflexion au sujet de « L’Europe, une semaine après »

Les commentaires sont fermés.