Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt

C’est un peu ce qui se passe avec la réforme de l’orthographe.

Pourquoi remettre sur le devant de la scène une réforme qui date de 26 ans, dont son auteur disait en conclusion « Après quoi, monsieur le Ministre, la langue étant chose vivante, il faudra recommencer le travail, dans trente ans, sinon même avant ».

Si ce n’est pour faire oublier la réforme des collèges ; ou une attitude indigne de la ministre de l’éducation nationale sur un plateau de télévision face à un « islamiste » ; ou son absence de réaction à des suicides de personnels de son ministère.

Faites-vous votre propre idée en lisant le rapport fort intéressant de l’académie française.

En résumé, le bon sens et une certaine logique semblent l’emporter pour que nous nous y retrouvions mieux :

  • le trait d’union : un certain nombre de mots remplaceront le trait d’union par la soudure (exemple : portemonnaie comme portefeuille) ;
  • le pluriel des mots composés : les mots composés du type pèse-lettre suivront au pluriel la règle des mots simples (des pèse-lettres) ;
  • l’accent circonflexe : il ne sera plus obligatoire sur les lettres i et u, sauf dans les terminaisons verbales et dans quelques mots (exemples : qu’il fût, mûr) ;
  • le participe passé : il sera invariable dans le cas de laisser suivi d’un infinitif (exemple : elle s’est laissé mourir) ;
  • les anomalies :
  • mots empruntés : pour l’accentuation et le pluriel, les mots empruntés suivront les règles des mots français (exemple : un imprésario, des imprésarios) ;
  • séries désaccordées : des graphies seront rendues conformes aux règles de l’écriture du français (exemple : douçâtre), ou à la cohérence d’une série précise (exemples : boursouffler comme souffler, charriot comme charrette).

Rappelez-vous, en 1990, c’était l’ère Mitterrand, le premier ministre étant Michel Rocard et le ministre de l’éducation nationale chargé d’appliquer la réforme Lionel Jospin. D’ailleurs, j’ai consulté ce matin un Larousse utilisé en 6ème. Il est précisé à « oignon » que sa nouvelle écriture possible est « ognon », idem pour « nénuphar » qui peut s’écrire « nénufar ». Tout est écrit depuis 1990 sans que cela n’ait dérangé grand monde.

Alors, foin de blabla passepartout, ne vous fiez pas à ce tour de passepasse, le vieux françois c’est kifkif !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s