Finances publiques : qu’a-t-on fait depuis 6 ans ?

Voici un mail un peu technique pour faire comprendre à ceux qui sont intéressés par les finances publiques comment fonctionne le budget de la ville et ce que nous avons réalisé depuis 6 ans.
J’ai essayé de faire simple et didactique. Si vous avez des interrogations, comme toujours, n’hésitez pas. Répondre à ces interrogations permet de répondre à tous (surtout ceux qui n’ont pas osé!) et sert utilement, comme vous avez pu le constater sur des mails relatifs aux pistes cyclables, ou au rugby par exemple.
Bonne lecture!

Préambule :

Le budget est séparé en deux fonctions distinctes, le fonctionnement et l’investissement. La marge dégagée en fonctionnement par les recettes, n’est pas un « bénéfice ». Elle sert à financer les investissements, et prioritairement, le remboursement de la dette.

Les RECETTES de fonctionnement (valeur budget 2013)
Les impôts payés par les boulonnais représentent 30% (seulement…) des recettes de fonctionnement.
A cela s’ajoutent (par ordre d’importance) :
·      Les attributions de compensation qui viennent de GPSO
·      Les dotations de l’Etat
·      Les produits de la facturation des services municipaux (cantine, activités, crèche, …)
·      Les droits de mutation (lors de transactions immobilières)
·      divers
dépenses recettes

Les DEPENSES de fonctionnement (valeur budget 2013)
Le plus gros poste est celui des frais de personnel (j’y reviendrai ultérieurement)
Viennent ensuite toutes les dépenses de fonctionnement comme : eau, gaz, électricité des bâtiments communaux (il y en a plus de 200, écoles comprises), ménage des bâtiments, maintenance des logiciels informatiques, …
Puis les subventions aux associations, qui, sans la ville, ne vivraient pas.
Et le prélèvement du fonds de solidarité Ile de France, appelé FRSIF, qui est en réalité une ponction sur les communes dites riches, parce que bien gérées, au profit des communes dites pauvres, parce que mal gérées, avec généralement des frais de personnel exorbitants.

Réduire les dépenses : c’est ce que nous avons fait depuis 6 ans.

Ce que nous avons fait en 6ans, dépenses de focntionnement

En rouge : ce qui se serait passé si nous n’avions rien fait du tout
En bleu : ce qui se serait passé si nous n’avions rien fait à périmètre comparable après transfert à GPSO du conservatoire en 2010
En vert : ce que nous avons réussi à faire

=> Une réduction des dépenses de fonctionnement de – 3,4% en 2009 et – 2,5% en 2010.
=> Une hausse de 5,4 % en 2011 liée à deux causes : l’augmentation des subventions versées aux budgets annexes pour leur désendettement, et l’effet année pleine de l’ouverture de nouveaux équipements (crèche de la Ferme, crèche du cours Seguin, musée Belmondo).
=> Une nouvelle réduction de 0,6 % en 2012

Avec tous les efforts déjà accomplis, réduire encore les frais de fonctionnement devient moins facile sans toucher à la qualité de service apportée aux boulonnais.

La différence entre dépenses et recettes permet de dégager une marge de manœuvre appelée auto financement qui sert prioritairement à rembourser la dette.

L’ENDETTEMENT (valeur budget 2013)
L’endettement a baissé de 58,6M€ depuis le 31 décembre 2009. Un effort considérable conduit par le souci d’alléger les engagements pour les générations futures, une gestion en bon père de famille, sans aucun emprunt toxique.

Sévolution de l'endettement

Vous avez tout lu ?

Vous êtes formidables !